Compte rendu d’une quarantaine obligatoire : coûteux voyage de retour en Thaïlande

covid thaïlande

Histoire d’un retour long et ruineux en Thaïlande

Cet article, écrit en anglais par Lobsang Dundup Sherpa Subirana, à été publié sur le site coconuts.co

Cela vous donne un aperçu de ce qui vous attend si vous êtes tenté par les options touristiques abracadabrantes imaginées par le ministère du tourisme thaïlandais. Bonne lecture et à vos bourses si malgré tout le voyage vous intéresse toujours. 

Voler est grisant, mais désoulage garanti

Les aéroports ne sont pas bondés, les files d’attente appartiennent au passé et les vols sont ponctuels. Il a fallu 15 minutes depuis le comptoir d’enregistrement pour passer le contrôle de sécurité, être fouillé par l’immigration et atteindre la porte d’embarquement.

Ce plaisir n’a été compensé que par le rappel qui donne à réfléchir que le virus a ruiné les voyages aériens et tout ce qui y est associé. Les avions volent presque à vide.

Thai Airways & Qatar Airways

Alors que Thai Airways était depuis longtemps en difficulté et entamée une restructuration à la suite de la pandémie, des leaders de l’industrie rentables tels que Qatar Airways ont reçu le mois dernier une bouée de sauvetage gouvernemental de 2 milliards de dollars.

Emirates flights cherche à relancer son réseau de voyages en desservant près de 100 destinations et est l’un des rares transporteurs autorisés à entrer en Thaïlande, mais les avions conçus pour transporter plus de 300 passagers ont du mal à dépasser les deux chiffres.

Enfumage officiel

« Nous sommes au complet, mais notre fréquence a souffert », a déclaré un directeur de vol portant un écran facial et un équipement de protection complet qui n’était pas autorisé à parler à la presse. « Nous essayons de nous concentrer autant que possible sur l’hygiène. Par exemple, nous avons une personne exclusivement dédiée au nettoyage des toilettes. »

Aéroport de Dubaï

covid thaïlande
covid thaïlande

La lenteur de la fréquence était évidente : le principal aéroport de Dubaï – un centre de transit international – était l’ombre de lui-même la semaine dernière aux heures de pointe, avec les seules files d’attente importantes à l’extérieur des salons fumeurs en fonction.

Arrivées de l’aéroport de Suvarnabhumi

Tout comme la section des arrivées de l’aéroport de Suvarnabhumi, où le nombre d’effectifs dépassait parfois celui des passagers. La tristement célèbre foule de personnes en attente à l’immigration est révolue. Ceux-ci ont été remplacés par des rangées d’avions maintenant stationnés sur la rampe depuis des mois, moteurs bâchés.

Des dizaines de chaises bordaient les côtés d’un tapis roulant menant au bureau où la température corporelle était vérifiée et les 100 000 THB de documents de voyage compilés. À une époque de progrès numériques, il faut noter que tout est requis sur papier.

Un agent tenait une liste avec le nom de chaque passager attendu. Ce vol ne faisait que deux pages. Près de la moitié d’entre eux étaient en escale, à destination de Hong Kong, dans le même avion. Seuls, quelques-uns des 24 carrousels à bagages étaient opérationnels, et les bagages sortaient au goutte-à-goutte.

De retour dans la pièce, avec 15 jours de confinement à venir, la partie difficile pour les voyageurs semble être terminée. Mais pour la Thaïlande et sa prochaine haute saison, l’équilibre pour gérer son économie chancelante, son gouvernement impopulaire et sa frontière hermétique ne fait que commencer.

Une fois à l’hôtel

La pièce est spacieuse et habitable. Elle comprend une télévision, un grand réfrigérateur, une salle de bains attenante, un balcon avec vue sur un champ désolé et une table avec un équipement de protection individuelle.

Vous y trouverez également un livret décrivant les règles de quarantaine de l’hôtel et un papier avec un QR code que vous devrez scanner pour contacter l’infirmière quotidiennement via l’application Line.

Le téléphone sonne immédiatement.

– « Bonjour! Bienvenue en Thailande ! Avez-vous fait bon vol ? » Dit l’opérateur, qui s’identifie comme Mac et insiste pour parcourir le «Guide Book» ensemble.

Transfer de l’aéroport

Quelques minutes plus tôt, une voiture équipée d’un écran de protection, conduite d’un terminal stérile de l’aéroport de Suvarnabhumi s’est arrêtée devant le couloir désert d’un hôtel prétendument bondé. Le chauffeur est un homme vêtu d’une combinaison qui ressemble à une protection contre les matières dangereuses. Tout cela ressemblait à un mélange entre Tchernobyl, une prison et une expérience en laboratoire.

-« L’hôtel a l’air vide, mais vous prenez la dernière pièce », a déclaré Mac, ajoutant que personne n’était autorisé à sortir jusqu’à ce qu’ils aient réussi leur premier test de réaction en chaîne par polymérase, ou PCR, sur écouvillon, sept jours en détention. Cela signifiera une demi-heure sur la terrasse, avec un préavis d’un jour et un masque pendant le nettoyage des chambres.

Début de l’incarcération

Tout comme d’autres expatriés qui se sont retrouvés coincés à l’étranger lorsque le pays a fermé ses frontières en mars, les vacances en Suisse de ce journaliste se sont transformées en un séjour inattendu de six mois qui vient de se terminer la semaine dernière. Après avoir eu envie de revoir des amis et de la famille pendant plus de six mois et se demander mois après mois quand un retour serait possible, mon rapatriement a fini par exiger de grandes réserves de patience – et d’argent.

Bidouillage officiel

Au milieu des extensions apparemment sans fin du décret d’urgence de la Thaïlande et de l’incertitude parmi de nombreux farang bloqués à l’extérieur ou à l’intérieur du royaume, une chose est claire : Permettre à la minorité chanceuse qui en a les moyens de revenir de manière efficace, mais pas facilement.

Rares sont ceux qui ont retenu leur souffle lorsque le Parlement a confirmé la semaine dernière la prolongation du décret jusqu’en novembre. Et comme beaucoup s’inquiètent de leurs perspectives de départ ou de retour – alors que le gouvernement ne cesse de prolonger au hasard une amnistie pour les visas – la paperasserie imposée au processus n’est pas plus rassurante pour ceux qui ont des salaires modestes.

L’argent est un must

Lorsque la communication avec les ambassades à l’étranger est généralement fluide et efficace, les exigences pour se qualifier pour le rapatriement peuvent être coûteuses à réunir en une fois.

Les fortes hausses de prix des vols, le coût de l’assurance et les installations de quarantaine favorisent à eux seuls ceux qui ont des chèques de paie plus importants, tout comme fournir des visas de neuf mois à un quota réduit de touristes, ou envisager une quarantaine de sept jours pour remplacer l’actuel 14 jours.

Tout cela ressemble à une façade officielle pour permettre à quelques privilégiés d’entrer au pays tout en gardant le décret en vie et les frontières fermées, même si presque aucun cas local n’a été enregistré dans le pays pendant des mois.

Pognon – Pognon et Pognon

Un aller simple à destination de Bangkok depuis les principales villes européennes telles que Paris, Londres ou Francfort ne coûte pas moins de 15 000 THB. Les billets aller-retours en mars, avant la fermeture de la frontière, coûtaient environ 18 000 THB.

Les vols au départ de New York sont les moins chers au départ des grandes villes des États-Unis, à environ 25 000 THB.

L’assurance-maladie – qui doit spécifiquement indiquer la couverture de toutes les dépenses liées au COVID-19 – oscille autour de 30 000 THB. Cela signifie que les rapatriés doivent racheter une assurance si la leur refuse de leur réémettre un certificat modifié.

L’hébergement gouvernemental approuvé le moins cher, pour un séjour de 15 jours, coûte de 30 000 à 40 000 THB supplémentaires.

Hotels officiels Hors de Prix

Bien qu’ils suivent tous un modèle de forfait standardisé obligatoire avec repas, prise en charge à l’aéroport et tests inclus, les 14 lieux les plus abordables sur une liste de 16 hôtels ont tous déclaré être complet pour le mois.

Un autre avait une chambre, mais sans fenêtre. Selon Mac, la « dernière chambre » réservée par ce journaliste dans un hôtel de Samut Prakan coûtait 37 000 THB.

À cela s’ajoute le coût du test PCR qui doit être effectué au maximum trois jours avant le décollage pour obtenir un certificat «Fit to Fly». Cela peut être gratuit ou quelques centaines d’euros en Europe, mais peut coûter plus de 1000 USD (32000 THB) aux États-Unis.

Additionnez tout cela, et c’est 100 000 THB que certains peuvent ne pas avoir pour le certificat d’entrée que le gouvernement délivre aux candidats lorsque tous les documents sont compilés.

Fin de la traduction

Conclusion

Il y a pour moi deux lectures possibles: Soit ils font n’importe quoi, soit ils profitent de la crise du Covid pour filtrer les touristes désargentés. 

  • N’importe quoi : ce ne m’étonnerait qu’à moitié. La Thaïlande est spécialiste de décisions absurdes, pratiquement jamais mises en place. Au moins ils ont le mérite d’essayer de faire quelque chose, même si cette crise parait particulièrement discutable et peu vraisemblable.
  • Filtrer les touristes: ca me parait peu probable. Je ne vois pas des touristes millionnaires être tenté par un séjour en Thaïlande, même si le prix des démarches est abordable pour eux, ca reste quand même super chiant!

Depuis le début de cette crise, il a souvent été fait mention que la Thaïlande désirait changer de clientèle touristique. Passer du « begpacker » sans un sou qui fait la manche de façon plus ou moins agressive, à des milliardaires façons Monaco ou autres paradis fiscaux… C’est du rêve éveillé. Pour attirer ces nouveaux touristes, il faudrait des infrastructures que la Thaïlande est loin d’avoir. Je ne vois pas un milliardaire être tout d’un coup attiré par de la street food, car il a maintenant l’assurance de ne pas avoir à côtoyer des pouilleux.

En attendant, le liste des victimes de ce virus particulièrement inoffensif ne cesse de ne pas s’aggraver. Tandis que la liste des faillites et autres suicides ne cesse elle d’augmenter. Vive Big Pharma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé!!